Quatre jours et les lilas, en mémoire

Il ne reste plus que quatre jours avant le 15 mai. Ce sera le premier anniversaire de l’accident de voiture de mon père et de l’accusation de plagiat. Depuis un mois, l’approche de cette date anniversaire devient de plus en plus oppressante, au point de m’empêcher de travailler. Je réalise que mes souvenirs de l’apparition de certaines fleurs l’année dernière sont inexistants, recouverts par les couloirs d’hôpital, les trajets en train rivée à mon ordinateur pour formuler telle ou telle prise de position pour contrer l’accusation de plagiat.

La collusion de l’événement personnel, familial et de l’événement professionnel, a été sans pitié. J’ai vécu des mois abasourdie. Puis en octobre, après près de trois mois de coma artificiel et autant de rééducation, mon père a pu rentrer chez lui. Bien sûr, il y a des séquelles. Mais il va au travail, il vit chez lui. Et en octobre, l’accusation de plagiat elle aussi a été remisée après plusieurs expertises. Bien sûr, il y a des séquelles. Mais je crois toujours à l’accès ouvert à l’information scientifique, à une certaine idée de la communauté qu’il y a derrière.

J’ai perdu une certaine innocence, il y a un an. J’ai perdu de l’élan.

Mais le printemps revient.

Voilà, j’avais oublié le lilas, en gigantesques buissons le long de l’autoroute, du Ring-Bahn, de n’importe quelle rue, pendant une semaine où tout embaume. Il est là, et je m’en souviendrai.


Anne Baillot

I studied German Studies and Philosophy in Paris where I got my PhD in 2002. I then moved to Berlin, where I have been living & doing research ever since. My areas of specialty include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history. I am currently working at the Centre Marc Bloch in Berlin as an expert in digital technologies for the humanities.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *