Mythos and Logos of my Mother Tongue for fr.hypotheses.org

Après dix années passées en Allemagne dont quatre intégrée à un département de littérature allemande, je croyais avoir fini par régler avec moi-même l’usage de mes deux principales langues de communication. Mon allemand professionnel est bien évidemment moins riche que mon francais (désolée, il n’y a pas de cédilles sur mon clavier allemand), mais il est fait de conventions que je maîtrise suffisamment bien pour faire illusion. Et m’étant mise aux humanités numériques, j’avais commencé à réactiver mon anglais, en particulier par l’intermédiaire de ce blog. Autre sphère de langage, autre vocabulaire, là aussi encore plus pauvre (j’estime perdre chaque fois un facteur 100 en termes d’étendue de langage en passant du francais à l’allemand puis de l’allemand à l’anglais); mais autre public aussi: tout cela me semblait tenir la route.

La gêne est venue simultanément de mon projet d’habilitation et du découpage d’hypotheses.org en sphères linguistiques et de l’impression subséquente de me mouvoir dans un no man’s land linguistique. Du côté de mon habilitation, j’ai longuement hésité puis décidé de l’écrire en allemand dans la mesure où c’est en Allemagne que je souhaite poursuivre ma carrière universitaire. La délimitation stratégique du thème de ce travail, savant mélange de divers facteurs (mon temps de travail disponible, les exigences de l’institution, et un peu mes envies), m’a amenée à revenir à des textes théoriques que je lis – dans leur langue d’origine autant que faire se peut. En exhumant Foucault et Derrida, tout s’est compliqué: les traductions allemandes avec lesquelles travaillent mes interlocuteurs allemands sont d’une complexité terrible puisqu’elles tentent de rendre compte d’une part de toutes les strates de sens, d’autre part de tous les jeux de mots et, dans le cas de Derrida, elles essayent aussi de rendre justice à l’influence heideggerienne sur la pensée de Derrida et sont en quelque sorte une retraduction de Derrida en allemand heideggerien ou partiellement heideggerien. Ce sont de surcroît – si on prend par exemple “Qu’est-ce qu’un auteur?”  – des textes qui font partie des basiques du cursus littéraire, systématiquement cités dans tout article s’inquiétant de la légitimité de l’écrivain, donc difficiles à ignorer.

Je n’arrivais pas vraiment à formuler la nature de mon insatisfaction linguistique avec mon habilitation, mais elle était bien là. Quand j’écris en allemand pour parler des choses que j’y traite (questions du rapport au texte, à l’archive), c’est lourdingue, didactique; quand j’écris en francais, c’est tout le contraire: pas besoin d’être didactique, la pensée s’articule d’elle-même. Il y a là  une sorte de contradiction dans les termes avec la réalité de la langue scientifique allemande, qui se passe d’un tas de transitions, annonces, plans compliqués, rhétorique à la noix tels que les requièrent en revanche les standards francais. Comment est-ce qu’il se fait donc que, là où je pourrais argumenter plus souplement, je n’y arrive pas?

C’est ma lecture de Platon d’aujourd’hui qui m’a donné un début de piste. Au fond, ma pensée allemande est une pensée logique et ma pensée francaise une pensée mythologique – sans doute parce qu’elle peut se nourrir de tous ces apprentissages maternels, viscéraux, qui définissent mon rapport au texte, à l’écriture, à la langue. Lorsque j’écris en francais, les images suffisent, les mots parlent, sans que j’aie besoin de réfléchir à leur relation, parce que cette relation semble se transmettre directement de mon cerveau au papier. En francais, j’écris, tandis qu’en allemand ou en anglais, je produis un texte.

Il ne me reste plus qu’à accepter cet état de fait. Aussi lourdingue que puisse être mon habilitation en allemand, je pense que, pour mon bien-être mental, mais aussi pour réussir à construire une heuristique qui tienne la route, je gagne à séparer les différents types d’écriture que sont le travail scientifique d’un part et toutes les autres formes d’écriture de l’autre – blog, lettre, et ces bribes incompréhensibles  qu’il y a dans mon cahier muji et dont je reste persuadée que personne ne pourra rien faire, jamais, étant donné leur état brut.

Il me reste encore – j’y travaille – à vraiment comprendre pourquoi j’écris mon blog en anglais – et pour qui. Une fois que j’aurai compris ca, j’arrêterai sans doute de vouloir que ce soit la rédaction d’hypotheses.org qui réponde à cette question à ma place en me disant dans quel tiroir je dois me ranger.


Anne Baillot

I studied German Studies and Philosophy in Paris where I got my PhD in 2002. I then moved to Berlin, where I have been living & doing research ever since. My areas of specialty include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history. I am currently working at the Centre Marc Bloch in Berlin as an expert in digital technologies for the humanities.

You may also like...

4 Responses

  1. J’ai connu un parcours linguistique assez semblable au vôtre, et je me pose des questions analogues.

    Effectivement, on peut partir du principe qu’on touche un public environ dix fois plus large en écrivant en anglais qu’en français (http://www.internetworldstats.com/stats7.htm). À quelques restrictions près : la part majeure du trafic de fond (celle apportée par les moteurs de recherche) n’est sans doute pas aussi efficace, étant donné que les mots que l’on publie ainsi se trouvent dilués dans un espace plus grand, qui rend un blog moins facile à trouver si les lecteurs potentiels s’en tiennent aux premières pages de résultats. Pour ce qui est des liens entrants, on bénéficie d’un effet “communautaire” plus grand en écrivant en français par exemple, et le site hypotheses.org en est l’exemple : étant donné qu’il y a moins de carnetiers il est plus facile de les rassembler, de susciter des rencontres, des échanges et d’en sortir une masse critique qui est en train de s’imposer dans la blogosphère scientifique francophone, renforçant encore son pouvoir d’attraction et la puissance des liens (à tous les sens) qui unissent ses membres.

    J’ai un blog en anglais qui n’est pas (encore) chez hypotheses.org, et j’avais expliqué pourquoi (http://perso.ens-lyon.fr/adrien.barbaresi/blog/?p=86) à une époque où la plateforme n’était pas encore aussi populaire. J’observe avec beaucoup d’attention la segmentation qui est en train de s’opérer. La démarche est intéressante, mais l’objectif de parvenir à une relative notoriété dans d’autres langues ne me semble pas gagné d’avance.

    Concernant l’usage de l’allemand enfin, j’ai pu observer chez mes collègues de langue maternelle française l’usage essentiellement opératoire de l’allemand, qui est je pense lié à la manière dont les langues étrangères sont enseignées. On vise un résultat langagier quantifiable soumis à un barème, il n’est pas question d’habiter une autre langue, cette dimension est évacuée et laissée à la discrétion des étudiants. Chez les collègues “germanophones” (comprendre : plus habiles à s’exprimer en allemand qu’en français), l’angoisse de ne pas être assez “français”, de ne pas avoir un style assez articulé, assez élégant semble être plutôt répandue. De part et d’autre (et selon la langue à utiliser) subsiste un dénominateur commun : la peur de ne pas paraître un assez bon “locuteur natif”, de faire des phrases bancales, de ne pas utiliser naturellement les mots qu’il faut. Peur nourrie je crois par les barèmes là encore, les “mal dit” et autres inexactitudes sanctionnées pendant les études, au gré du profil des fautes qui n’existe qu’en négatif et finit par nimber la pratique d’une langue (si peu “étrangère” soit-elle) d’un doute persistant.

  2. Bonjour,

    merci beaucoup pour ce billet qui ouvre une discussion passionnante. Notre décision d’ouvrir des “portails linguistiques” a quelque chose avec la langue, bien sûr, mais aussi avec les communautés qui s’y rattachent. J’aimerais bien que nous puissions continuer la discussion avec vous car nous nous posons nous-mêmes beaucoup de questions. Une en particulier : nous développons ces portails linguistiques parce que c’est le meilleur moyen pour que des communautés s’approprient la plateforme dans différents pays, comme elles l’ont fait en France. Mais en même temps, nous ne voulons surtout pas que ces communautés restent juxtaposées et étanches les unes par rapport aux autres. Il nous faut donc instaurer des passerelles. Il faut par exemple que lorsqu’un carnet publie en plusieurs langues, – le vôtre typiquement – que ses billets puissent être sélectionnés sur plusieurs portail linguistiques, selon leur langue. Il faut donc que ces carnets multilingues soient présents dans les radars des comités scientifiques des différents portails. Par ailleurs, j’aimerais beaucoup développer un dispositif de traductions croisées, à l’exemple de Global Voices pour la plateforme. Je ne sais pas si c’est une bonne idée.

    Bien à vous,

    Pierre Mounier

    • Anne Baillot says:

      Bonjour et merci pour ce commentaire!
      J’hésite beaucoup à écrire des billets dans d’autres langues que l’anglais dans la mesure où (en particulier selon les statistiques de visite du carnet) l’immense majorité de ceux qui me lisent viennent de pays anglophones. Dès lors, écrire en allemand ou en francais exclut d’office une partie de mes lecteurs, et ce n’est pas l’esprit dans lequel j’écris ce carnet, où justement j’essaye de toucher des communautés très différentes.
      Cela dit, je pense qu’il faut aussi distinguer entre différents types de notes. Depuis la conférence sur les blogs scientifiques à Munich, qui m’a permis de prendre conscience de l’importance de la dimension d’auto-réflexion des carnets scientifiques, mes notes sont de caractères plus variés, alors qu’auparavant je ne m’autorisais que des entrées “techniques”. Mais c’est un jeu dangereux; disons qu’il faut apprendre à bien contrôler son humeur…
      Dans tous les cas, je pense que les passerelles entre les sphères linguistiques sont essentielles, mais qu’il faut aussi prendre en compte le contenu (dans mon cas, méthodologie encore très marquée par mon parcours francais, et objet de recherche issu de la sphère allemande).
      AB

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *