“Lettres et textes. Le Berlin intellectuel des années 1800”: une présentation

L’édition numérique “Lettres et textes. Le Berlin intellectuel des années 1800” est en cours de réalisation et devrait être achevée courant 2015; les premiers corpus ont été mis en ligne en mars 2012. Réalisée par le groupe de recherche junior “Les intellectuels berlinois entre 1800 et 1830”, elle est en fait moins centrée sur le premier tiers du XIXème siècle qu’il n’y paraît.

L’objectif scientifique qui constitue la matrice de l’édition en matière de codage et de mise en page est bien celui du groupe de recherche, mais il est focalisé sur un ensemble de textes et de personnes choisis pour leur représentativité.

L’idée générale consiste à tâcher de mettre en évidence les stratégies de communications mises en oeuvre par les hommes (et femmes) de lettres et de sciences pour se positionner sur la scène publique. Il s’agit ainsi de montrer que les débats littéraires et scientifiques sont toujours aussi des débats politiques, et comment.

Cette question générale s’articule en quatre ligne directrices, qui se retrouvent dans les corpus choisis:

– quel rôle joue l’influence de la culture francaise dans la Prusse intellectuelle? C’est principalement cette question qui a amené à revenir en arrière dans le temps pour intégrer un corpus XVIIIèmiste, sans lequel l’émergence de la nouveauté de la période autour de 1800 serait difficile à mettre en évidence. Deux corpus se répondent ainsi sur cette question: la correspondance (francaise) d’Adolf von Buch et Louis de Beausobre des années 1760-1770, qui montrent de manière exemplaire les structures de circulation – francophone – des savoirs dans la Prusse frédéricienne. De l’autre côté de la ligne de démarcation “1800”, il s’agit des lettres (allemandes, mais entrelacées de francais) entre Adelbert von Chamisso et Louis de La Foye;

– dans quelle mesure la création de l’université à Berlin a-t-elle cristallisé et accentué la présence d’intellectuels sur la scène publique? C’est d’abord l’étude des papiers d’August Boeckh qui ouvre le plus de pistes sur ce point, en particulier dans la mesure où Boeckh est à la fois professeur à l’université et membre de l’Académie des Sciences. La correspondance de la “Société du vendredi”, dont les membres les plus éminents (Friedrich Heinrich von der Hagen, Friedrich von Raumer, Karl Solger) étaient eux aussi professeurs à l’université de Berlin, viendra compléter ce corpus au niveau professoral. Il est également intéressant de voir comment la formation universitaire a pu marquer des générations. Les deux séries de notes de cours de F.A. Wolf et de Solger de l’année 1818 ont ainsi pour but de reconstituer l’horizon intellectuel ainsi ouvert. Des documents manuscrits relatifs à Immanuel Hermann Fichte devraient venir s’y ajouter.

– quelle est la marge de manoeuvre des écrivains, hommes et femmes? La question est plus simple à aborder en partant des hommes qu’en partant des femmes, pour des raisons évidentes de conservation des corpus. Il s’agit dans cette partie de mettre en relation nos corpus de lettres et des textes (littéraires ou scientifiques), de manière à mettre en évidence à la fois la genèse et la première réception de ces oeuvres. Nous travaillons ainsi en ce moment à un outil de collation permettant de mettrre en relation manuscrits et premières éditions. Les deux grandes figures qui sont déjà intégrées à l’édition sont d’une part Ludwig Tieck et d’autre part Adelbert von Chamisso. Du côté des femmes, c’est Helmina von Chézy qui devrait prendre place dans l’édition, mais sous une forme qui n’est pas encore clairement définie (lettres, textes?).

– bien que plus marginal, le quatrième aspect émerge transversalement dans quasiment tous les corpus; il s’agit de la réception de l’Antiquité et de son utilisation à des fins politiques. Les cours de F.A. Wolf, le projet de Boeckh à l’Académie des Sciences, les traductions du grec auxquelles se livrent la plupart des auteurs que nous éditons, en sont des exemples parlants.

Sa structure et le travail sur la mise en relation entre les différents éléments avec l’objectif de répondre à ces quatre questions sont à mon sens les points forts de cette édition. Pour l’heure, son contenu est encore trop léger pour qu’on puisse vraiment en tirer des conclusions à grande échelle. Il s’agit donc dans un premier temps d’ajouter des textes, et parallèlement de travailler à préciser nos outils de recherche de manière à pouvoir livrer des réponses concrètes aux questions ci-dessus.

 


Anne Baillot

I studied German Studies and Philosophy in Paris where I got my PhD in 2002. I then moved to Berlin, where I have been living & doing research ever since. My areas of specialty include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history. I am currently working at the Centre Marc Bloch in Berlin as an expert in digital technologies for the humanities.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *