“Lettres et textes. Le Berlin intellectuel des années 1800”: une présentation

L’édition numérique “Lettres et textes. Le Berlin intellectuel des années 1800” est en cours de réalisation et devrait être achevée courant 2015; les premiers corpus ont été mis en ligne en mars 2012. Réalisée par le groupe de recherche junior “Les intellectuels berlinois entre 1800 et 1830”, elle est en fait moins centrée sur le premier tiers du XIXème siècle qu’il n’y paraît.

L’objectif scientifique qui constitue la matrice de l’édition en matière de codage et de mise en page est bien celui du groupe de recherche, mais il est focalisé sur un ensemble de textes et de personnes choisis pour leur représentativité.

L’idée générale consiste à tâcher de mettre en évidence les stratégies de communications mises en oeuvre par les hommes (et femmes) de lettres et de sciences pour se positionner sur la scène publique. Il s’agit ainsi de montrer que les débats littéraires et scientifiques sont toujours aussi des débats politiques, et comment.

Cette question générale s’articule en quatre ligne directrices, qui se retrouvent dans les corpus choisis:

– quel rôle joue l’influence de la culture francaise dans la Prusse intellectuelle? C’est principalement cette question qui a amené à revenir en arrière dans le temps pour intégrer un corpus XVIIIèmiste, sans lequel l’émergence de la nouveauté de la période autour de 1800 serait difficile à mettre en évidence. Deux corpus se répondent ainsi sur cette question: la correspondance (francaise) d’Adolf von Buch et Louis de Beausobre des années 1760-1770, qui montrent de manière exemplaire les structures de circulation – francophone – des savoirs dans la Prusse frédéricienne. De l’autre côté de la ligne de démarcation “1800”, il s’agit des lettres (allemandes, mais entrelacées de francais) entre Adelbert von Chamisso et Louis de La Foye;

– dans quelle mesure la création de l’université à Berlin a-t-elle cristallisé et accentué la présence d’intellectuels sur la scène publique? C’est d’abord l’étude des papiers d’August Boeckh qui ouvre le plus de pistes sur ce point, en particulier dans la mesure où Boeckh est à la fois professeur à l’université et membre de l’Académie des Sciences. La correspondance de la “Société du vendredi”, dont les membres les plus éminents (Friedrich Heinrich von der Hagen, Friedrich von Raumer, Karl Solger) étaient eux aussi professeurs à l’université de Berlin, viendra compléter ce corpus au niveau professoral. Il est également intéressant de voir comment la formation universitaire a pu marquer des générations. Les deux séries de notes de cours de F.A. Wolf et de Solger de l’année 1818 ont ainsi pour but de reconstituer l’horizon intellectuel ainsi ouvert. Des documents manuscrits relatifs à Immanuel Hermann Fichte devraient venir s’y ajouter.

– quelle est la marge de manoeuvre des écrivains, hommes et femmes? La question est plus simple à aborder en partant des hommes qu’en partant des femmes, pour des raisons évidentes de conservation des corpus. Il s’agit dans cette partie de mettre en relation nos corpus de lettres et des textes (littéraires ou scientifiques), de manière à mettre en évidence à la fois la genèse et la première réception de ces oeuvres. Nous travaillons ainsi en ce moment à un outil de collation permettant de mettrre en relation manuscrits et premières éditions. Les deux grandes figures qui sont déjà intégrées à l’édition sont d’une part Ludwig Tieck et d’autre part Adelbert von Chamisso. Du côté des femmes, c’est Helmina von Chézy qui devrait prendre place dans l’édition, mais sous une forme qui n’est pas encore clairement définie (lettres, textes?).

– bien que plus marginal, le quatrième aspect émerge transversalement dans quasiment tous les corpus; il s’agit de la réception de l’Antiquité et de son utilisation à des fins politiques. Les cours de F.A. Wolf, le projet de Boeckh à l’Académie des Sciences, les traductions du grec auxquelles se livrent la plupart des auteurs que nous éditons, en sont des exemples parlants.

Sa structure et le travail sur la mise en relation entre les différents éléments avec l’objectif de répondre à ces quatre questions sont à mon sens les points forts de cette édition. Pour l’heure, son contenu est encore trop léger pour qu’on puisse vraiment en tirer des conclusions à grande échelle. Il s’agit donc dans un premier temps d’ajouter des textes, et parallèlement de travailler à préciser nos outils de recherche de manière à pouvoir livrer des réponses concrètes aux questions ci-dessus.

 

Why letters? Because letters!

I have always sworn by letters.

It started when I was 12. First, I loved receiving them. Then, writing them. In those lucky times when, like most people, I had no idea what an e-mail is, I found everything about postality enjoyable. Checking on the mailbox again and again, opening the envelope, unfolding the letter, reading it and wondering at what time of day the sender wrote it, from where, with what pen, expecting what from me reading it. I was 17 and ripping out an envelope was some sort of telepathic moment that repeated the closeness of two writing souls who just would not call one another on the phone. Pure magic.

This experience was obviously bound to be disappointed by reality itself. But by the time I had realized that, I had reached a point of no return in my love to letters – which had revealed themselves to me as texts too, and texts that are no less interesting than novels, dramas or poetry. It even seemed to me that correspondence is  the literary genre that allows to ask the most accurate questions as to whom a text is written for: Who is a letter written for? How can it be addressed to several persons? Could it be that a correspondence, in the very moment when it is put on the paper and somehow preserved, simply ceases to be a private matter? This was the main point of my paper “Ein Versuch, die ‘Berliner Klassik’ zu zähmen – zur Erforschung von Schriftstellerbriefwechseln” (in:  Tableau de Berlin. Beiträge zur „Berliner Klassik“, ed. by Iwan d’Aprile, Martin Disselkamp and Claudia Sedlarz, Hannover-Laatzen, 2005).

I think it is one of my best papers because it is the one in which a new thesis of mine emerged. This one does not deal so much with letters as texts than with the question of making them a reference corpus likely to be interpreted in different ways. In what order are letters supposed to be read? This concerned specifically a constellation in which more than 2 persons exchanged letters. Two triangular constellations and one with about 6 persons involved were the corpora on which I developed what was more of an unanswered question at the time. First triangle: Solger, Heinrich Voss and Rudolf Abeken; second one: Solger, Tieck and Raumer. Those exchanges resulted in several configurations: one addressing the 2 others in one letter or writing 2 letters to each of them the same day, 2 writing to 1, the whole construction getting even more complex as there were crossed discussions going on and live meetings taking place in between letters. Then I started considering the letters of the whole Freitag-Gesellschaft: Solger, Raumer, von der Hagen, Abeken, Krause, and a few others, who got acquainted while they studied together in Halle and remained in contact for 50 years (for those who lived long enough). Their literary and political analyses shed light on half a century of Prussian intellectuality. But what should be the order in which to read those letters?

The best order is, of course, the digital one. Because it is open enough to allow the user to chose, from a whole series of sorting options, the one that is more relevant to him or her. This is what Solenne Coutagne writes in her report on her work as an intern in my group in the last summer. But as much as it can be satisfying to be able to shape and reshape a text for the sake of analysis, as much as it multiplies the text, though, I still feel it reduces it to a source of information. It is as if it were not a text for a human being to read any more, but a text for a machine to read. Somehow the digital edition of letters is asking the question of the addressing of the letter as a text in a completely different way. Also, how can you mark the absence in such a format – all the letters that are missing and are part of the text insofar as they are missing – where do they belong?

If I may quote some Derrida to put this all in a not so deconstructive perspective (La Carte Postale, p. 190-191, dating February 1979):

Je réfléchis à un principe assez rigoureux de destruction. Que brûlerons-nous, que garderons-nous (pour mieux le griller encore)? (…)

Nous sommes la carte, si tu veux, et comme telle, comptables, mais ils auront beau chercher ils ne nous y trouveront jamais. Par endroits, je laisserai toute sorte de repères, des noms de personnes et des noms de lieux, des dates authentifiables, des événements identifiables, ils se précipiteront les yeux fermés, croyant enfin y être et nous y trouver quand d’un coup d’aiguillage je les enverrai ailleurs voir si nous y sommes, d’un coup de plume ou de grattoir je ferai tout dérailler…