Workshop outils numériques pour les lettres, langues et sciences humaines (11-12 février 2020, Le Mans)

La journée du 11 février est davantage destinée aux linguistes et littéraires, celle du 12 aux historien.ne.s et civilisationnistes, mais l’idéal est évidemment d’assister aux deux, qui sont complémentaires. Conçues au départ pour les germanistes, elles sont bien évidemment ouvertes également aux collègues d’autres disciplines intéressé.e.s!

Ces journées sont ouvertes aux chercheurs/euses de tout “âge” académique, sur inscription (envoyez-moi un mail).

Organisé avec le soutien financier du RFI Alliance Europa.

11 février – Travail sur corpus et stratégies de diffusion numériques

Matin

9h Introduction, présentation des objectifs de la journée (Anne Baillot)

9h30-11h15 Blogger avec hypotheses, l’exemple de l’exposition « Sortir de la guerre – Le Mans & Paderborn (1919-2019) » (Anne Baillot)

L’exposition « Sortir de la guerre – Le Mans & Paderborn (1919-2019) » documente la manière dont les deux villes jumelées du Mans et de Paderborn ont vécu l’après-Grande Guerre. Projet pédagogique et scientifique mené à bien par les deux universités, les deux municipalités et les archives des deux villes, elle réunit une exposition physique et une exposition virtuelle, dont les étudiant.e.s ont été les acteurs pendant deux ans, de la recherche de documents aux visites guidées pour les classes en passant par la numérisation des documents, la rédaction et traduction de notices, et la conception des métadonnées. Après une visite de l’exposition par les étudiant.e.s (présentée à la BU du Mans jusqu’au 13 février), le workflow d’ensemble et un bilan pédagogique seront présentés, en insistant plus particulièrement sur le rôle du blog.

Petite pause

11h30-12h45 Travailler avec des informaticien·ne·s (twin talk Anne Baillot & David Lassner, en allemand ou en anglais)

Nous présenterons les trois projets sur lesquels nous avons travaillé ces dernières années, qui sont à des états d’avancement différents, de manière à sensibiliser les participant·e·s d’une part aux sujets de recherche que peuvent partager les sciences humaines et l’informatique et d’autre part aux modes de collaboration qui peuvent ainsi se mettre en place. Les trois sujets de recherche que nous présenterons sont : un projet sur l’évaluation automatique des corrections dans les manuscrits de correspondances d’auteur·e·s ; un projet sur le repérage de styles de traducteurs/trices dans des corpus de traductions de l’anglais vers l’allemand du XIXème siècle ; un projet sur les dynamiques de révolte sur twitter à partir de mots-dièses.

12h45-14h00 Pause déjeuner

Après-midi

 

14h00-15h30 Constituer et annoter un corpus (Naomi Truan)

A partir du moment où l’on travaille autour d’une base de données structurée (correspondances, entretiens, articles de presse, débats parlementaires, tweets, etc.), on a affaire à un corpus. L’idée de cet atelier est de réfléchir aux possibilités et stratégies d’annotation et d’envisager de mettre à disposition (une partie de) ses données en accès ouvert. Dans un premier temps, jusqu’où aller dans la finesse d’annotation et comment consigner ses choix ? Ensuite, quels sont les enjeux d’un partage des données avec la communauté scientifique, quelles licences choisir ?

Petite pause

15h45-17h15 Concevoir et appliquer une stratégie globale de diffusion numérique (Naomi Truan)

Dans la lignée des discussions de la matinée, le deuxième volet de nos réflexions sur la mise à disposition des données porte sur le statut des données. Qu’est qu’un data management plan (« plan de gestion des données »), à quoi cela sert-il, comment et où publier sur quel aspect de ses données, comment penser une stratégie de publication cohérente ?

Présentation de Naomi Truan: https://icietla.hypotheses.org/1280

12 février – Gestion des données dans l’enseignement et la recherche

Matin

9h30 Introduction, présentation des objectifs de la journée (Anne Baillot)

10h-11h30 Sensibiliser à la gestion de données de la recherche au niveau licence et master (Caroline Muller)

L’entrée dans l’ère numérique oblige à tenir compte de nouveaux gestes et de nouvelles habitudes de recherche : collecter, gérer, critiquer un corpus documentaire oblige à développer de nouvelles stratégies. Pour que la découverte de la pratique de la recherche en sciences humaines et sociales se passe dans les meilleures conditions, il convient d’intégrer aux formations de licence et de master des temps de réflexion autour de ce que signifie trouver, interroger et gérer des données tout au long du processus de recherche.

Documentation:

 Petite pause

12h00 Présentation de GIRAF-IFFD (Lise Galand)

12h30-13h30 Pause déjeuner

 

Après-midi

13h30- 17h00 Les plans de gestion de données : principes et enjeux (Marie Puren)

Cette partie du workshop permettra aux participants d’avoir un aperçu des principes de la gestion des données de la recherche. Elle leur permettra également de comprendre en quoi consiste un plan de gestion de données, à quoi il sert et comment il peut être utilisé pour rédiger un « data paper ». Les participants pourront commencer à rédiger leurs propres plans de gestion de données, en utilisant DMP Opidor : https://dmp.opidor.fr.

Prérequis : avoir un ou des jeu(x) de données issu(s) d’un projet de recherche ou envisager de décrire un ou des jeu(x) de données issu(s) d’un projet de recherche. Ces données seront à la base de l’exercice sur DMP Opidor.

Outils/logiciels : création préalable d’un compte sur DMP Opidor: https://dmp.opidor.fr

17h00 Bilan des deux journées

Fin vers 17h30


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.