Our fight has to be a digital one

In December 2019, the hypotheses blogs were inaccessible for 24 hours. This was not due to a hacker attack or a technical issue. This was a way for the OpenEdition team to join in the social fight that is currently raging in France, a way to make aware of the conditions they are working in now and will be in the coming years if the planned social reforms were to pass.

Many hypotheses bloggers expressed their disappointment, their disdain, their outrage, at this course of action.

You will find below the text (in French) that we, bloggers who support the OpenEdition team, are now publishing on our hypotheses blogs. Digital accessibility of quality information does not come simply from the genius (and work) of our bloggers’ minds. It is a major political, social, and economical issue. It is delusional for anyone to believe that the work conditions of those who provide and care for digital infrastructures is of no relevance: it is to society in general, and it most certainly is to scholars in particular. This fight for decent work conditions has to be a digital one, too.

En soutien aux personnels d’OpenEdition : notre lutte doit être aussi numérique

Le 16 décembre 2019, les employés·es d’OpenEdition réuni·es en assemblée générale ont voté le blocage pour 24h des plateformes qu’elles et ils maintiennent et animent dans le cadre de la journée interprofessionnelle du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites.

Nous, travailleur·es de l’enseignement supérieurs et de la recherche, avons découvert cette initiative avec enthousiasme.

Dans le contexte d’une réforme des retraites qui accroît les inégalités et d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche qui poursuit le travail de démantèlement des statuts de la recherche publique, mais aussi d’un mouvement plus vaste et plus ancien de précarisation constante des conditions de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) dont Parcoursup et la mise en place de frais d’inscription à l’université publique, la question des modalités de résistances et de lutte des travailleurs de l’ESR se pose avec une acuité croissante.

L’initiative des personnels d’OpenEdition et leurs prises de position répondent en partie à ces interrogations, tout en représentant une participation de poids à la mobilisation en cours. Il ne s’agit de rien de moins que de la réappropriation d’un outil de travail par les agents qui en sont le plus souvent invisibilisés, derrière une novlangue numérique qui veut nous faire croire à une production immatérielle, hors sol et sans travailleur·es.

L’économie numérique des savoirs est un lieu privilégié d’appropriation et d’exploitation par le système capitaliste de notre travail de production et de diffusion de connaissances. Les conflits récurrents avec les multinationales marchandes de l’édition scientifique qui s’accaparent des savoirs publics nous le rappellent. Il est donc nécessaire que cette économie numérique devienne aussi un terrain de lutte sociale, tout comme le sont les universités, les transports, etc.

Nous avons également découvert que l’action légitime des employé·es d’OpenEdition avait conduit à des pressions de la part des tutelles de leur laboratoire, qui sont bien souvent aussi nos propres tutelles. Suite au blocage de 24h des plateformes d’OpenEdition, ces tutelles ont convoqué l’ensemble des responsables de services du laboratoire pour un « recadrage administratif ». De surcroît, les travailleur·es d’OpenEdition se voient interdire l’usage d’un moyen de communication qu’elles et ils font exister au quotidien pour informer les usagers de leur action! Nous y voyons une entrave grave à la liberté d’expression salariale et syndicale.

En tant qu’usagers d’OpenEdition (Revues.org, Calenda, Hypothèses, Books…), mais aussi en tant que contributrices et contributeurs directs ou indirects à ces outils de travail qui sont aussi les nôtres, en tant que membres des rédactions des revues, gestionnaires de listes d’information, carnetier·es, autrices et auteurs de livres et d’articles scientifiques, organisatrices, organisateurs et participant·es à des événements scientifiques, membres de comités scientifiques…, nous soutenons l’action des travailleuses et travailleurs d’OpenEdition et nous tenons à leurs côtés dans la lutte.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.