Sobre virgule

J’ai choisi d’écrire ce billet en français (un certain nombre d’autres en anglais devraient suivre), parce que c’est d’un point de vue très français que je voudrais l’écrire aujourd’hui : une partie des préoccupations évoquées ici est largement liée à des rencontres, des positionnements, très en prise sur notre système de recherche. Et puis il fait suite au précédent.

Demi-mesures

Il y a un petit moment déjà que je n’ai plus pris l’avion (2 ou 3 ans), que je limite la consommation de viande des quatre personnes de mon foyer, que nous n’avons pas de voiture. Bonne conscience achetée au prix de pseudo-sacrifices ? Il y a une part de moi-même qui ne demande qu’à se moquer de ces petits pas quotidiens dont l’impact est proche de zéro, qui sait bien que trier les déchets, débrancher les prises, manger du fromage de chèvre plutôt que de vache, ce n’est rien ou presque à côté de la vie ascétique en quasi-autonomie, avec trois t-shirts, deux panneaux solaires, et quelques mètres carrés à peine à chauffer. Mais ce que j’ai appris au cours de ces derniers mois, surtout dans les discussions au sein de labos1point5, c’est la nécessité de penser non plus en termes de responsabilité individuelle, mais en termes de changement systémique. La sobriété, je ne l’atteindrai pas juste en me flagellant ou en justifiant mon steak parce qu’il est bio-local. C’est un ensemble qui inclut à la fois des choix de vie privée et des orientations professionnelles.

Pour la recherche

Seulement voilà, je suis chercheuse (je vais laisser de côté pour aujourd’hui le côté « enseignement »), et les chercheurs·ses sont encouragée·es, dans la conception actuelle du métier, à faire des choix qui n’ont rien de sobre : voyager, s’équiper, beaucoup publier… si la pandémie a rendu audibles un certain nombre de points critiques liés à ces activités dans le contexte du monde de la recherche, il en reste pour lesquels la stratégie de l’autruche continue d’être la norme.

L’enquête menée par labos1point5 auprès de personnels CNRS a fait ressortir un certain nombre de ces tendances : les chercheurs·euses, même lorsqu’iels sont sensibilisé·es aux questions environnementales, peuvent tout à fait considérer qu’en tant que chercheurs·euses, il est légitime qu’iels bénéficient d’un statut particulier, de passe-droits environnementaux en quelque sorte. La tendance est à sous-estimer l’impact carbone des trajets en voiture entre domicile et lieu de travail, et à surestimer le poids de la visioconférence. On est donc très loin, chez les chercheurs·euses d’une vision objective des enjeux environnementaux, du moins selon cette enquête (dont on ne peut que souhaiter qu’elle soit également menée dans l’enseignement supérieur pour avoir une image plus complète, et répétée à intervalles réguliers pour observer les évolutions).

Pourquoi se voiler ainsi la face sur la réalité de l’empreinte environnementale des activités de recherche ? L’une des raisons est que l’on dispose d’assez peu d’éléments factuels à présenter. La bibliographie est encore relativement éparse, les expérimentations limitées à des contextes particuliers, les modes de calcul pas complètement établis. Lorsque je demande à des collègues de couper leur vidéo en visioconférence, il y en a toujours un ou deux pour réclamer « des chiffres » à l’appui. Le manque d’information a pour conséquence une sorte d’auto-entretien de l’idée que la plupart des préconisations environnementales sont des mythes, du vent, qu’après tout, laver de la vaisselle, ça consomme beaucoup d’eau, est-ce que c’est vraiment mieux que de jeter des assiettes en carton ?

Plaidoyer pour une plus grande transparence

Pour poser les bases d’une plus grande sobriété dans les activités de recherche en général, il faudrait d’abord plus d’informations, c’est-à-dire, au-delà de la (nécessaire) sensibilisation des personnels, imposer un devoir de transparence aux équipements et infrastructures, dans les rapports d’activité des laboratoires, et dans les demandes de financement (ce qui veut dire s’entendre sur la méthode de calcul : prendre en compte notamment non seulement le bilan en émission de gaz à effet de serre, mais aussi l’impact sur la biodiversité et la consommation d’eau). J’entends d’avance certain·es protester qu’on leur « impose » du travail supplémentaire, comme on leur a « imposé » les plans de gestion des données et les dépôts de données et d’articles dans des infrastructures publiques : si l’on considère que son activité de recherche ne sert qu’à soi, évidemment, c’est une perte de temps au mieux, une enfreinte à la liberté de la recherche si l’on aime se draper dans des grands mots. Certes. Mais la maison brûle, et il n’y  pas vraiment d’alternative, à ce jour, pour maintenir, pour nos doctorant·es et leurs futur·es doctorant·es, les conditions d’une recherche viable.

Dans le travail à la stratégie de communication autour de l’impact environnemental de la recherche à laquelle j’ai pu contribuer ces derniers mois, on a abordé les usages quotidiens du numérique, les équipements informatiques, les voyages, l’organisation de conférences. Des points de blocage que nous soulevons, beaucoup sont insolubles sans des changements majeurs au sein des établissements de recherche : les marchés et les procédures administratives nous lient les mains. Un trajet en train avec Havas, ou un billet d’avion easyjet, alors que mon budget de recherche annuel est de 500 EUR ? En train, je fais un déplacement ; en avion, je peux espérer en faire deux ou trois. Le choix de modes de déplacement respectueux de l’environnement est dans une certaine mesure un choix de carrière. Je voyagerai moins, je publierai moins, je serai moins invitée, etc. Et puis, le non-report des budgets d’une année sur l’autre pousse à la surconsommation d’équipement informatique. La culture de la réparation du matériel fait encore largement défaut sur les campus. Plus récemment, quelle misère de voir l’investissement massif dans des logiciels de visio-conférence à la fois problématiques en termes de gestion des données privées et gourmands en énergie, alors même que ce type d’investissement aurait pu garantir le développement de solutions permettant par exemple de mieux contrôler la résolution de l’image, ou de réfléchir plus largement à la question de la circulation de l’information numérique.

 

Ce que les Humanités Numériques peuvent en dire

Les questions technologiques sont rarement de simples questions d’outillage. Elles sont portées par une vision du monde, d’un ordre des choses. C’est là l’un des objets des Humanités Numériques, justement, que de comprendre ce que le numérique fait à nos manières d’aborder les objets qui sont ceux des Lettres, Langues et Sciences Humaines. Discipline qui pense le numérique mais s’appuie aussi sur le numérique, les Humanités Numériques sont bien à la peine pour penser l’impact environnemental du numérique en général et de leur activité propre en particulier. Évidemment, les conférences au bout du monde, les workshops avec tellement de multiprises qu’on craint de faire sauter les plombs sur le campus, les moulinettes à calcul pour compiler des données pendant des jours, on sait bien qu’il faudrait éviter. Mais au moment où la technologie numérique nous permet de mettre à disposition, pour quiconque, à quelqu’endroit de la planète que ce soit ou même depuis la station spatiale internationale si on veut, une numérisation haute résolution d’un incunable rare, ouvrant la voie à des recherches et des perspectives nouvelles, il faut se poser la question de savoir à quel prix nous voulons donner accès à ce magnifique incunable en haute résolution 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Mettre à disposition des données « lourdes », sur un temps long qui plus est (le rêve de l’archive longue durée), a un prix environnemental fort. Quelles formes de numérisation pouvons-nous inventer qui nous permettent d’être aussi inclusif·ves aujourd’hui, aussi respectueux·ses des générations à venir, aussi sobres que nous rêvons de l’être ?

______________________

Tamara Ben Ari, Olivier Berné, Estelle Carciofi et Tanguy Fardet retrouveront ici des bribes de discussions que nous avons eues et pour lesquelles je les remercie, ainsi que les membres des groupes de travail « pratiques numériques » et « publications » de labos1point5, éco-info, la mission développement durable de l’Université du Mans, et le groupe de travail sur l’empreinte environnementale des Humanités Numériques.

Quelques sites web complémentaires :

Quelle application mobile de visio pour réduire votre impact ? https://greenspector.com/fr/quelle-application-mobile-de-visioconference-pour-reduire-votre-impact-edition-2021

Eco-friendly conferences (wiki) https://sustainability.wiki.gwdg.de/doku.php?id=conferences

Outil de calcul de l’impact carbone individuel pour chercheurs·euses : https://monpetitcarbone.fr/

Déployer la sobriété numérique https://theshiftproject.org/article/deployer-la-sobriete-numerique-rapport-shift/ (courtesy of Laura Sereni)

 


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search