Manifeste “Humanités Numériques et Crise Climatique”

Le manifeste “Humanités Numériques et crise climatique” a été rédigé à plusieurs mains au cours de l’été 2021 par un petit groupe de travail informel qui s’est retrouvé autour d’une volonté de prise de conscience collective des enjeux environnementaux liés aux pratiques de recherche propres aux Humanités Numériques. Ce texte n’est pas “fini”: il propose une première formulation destinée à être enrichie et commentée; c’est une publication vivante. Pour autant, il nous semblait important d’ouvrir le débat et de permettre à ces questions de trouver leur place dans les discussions au sein de notre communauté de recherche, de permettre à celles et ceux qui s’interrogent sur ces sujets de trouver un espace de débat et d’échange, d’avancer collectivement sur des questions qu’il est urgent de ne plus reléguer à la seule responsabilité individuelle des unes et des autres.

Rédigé en anglais pour des raisons de simplicité dans la conception et la communication, il appelle évidemment une traduction dans d’autres langues. Dans cette petite introduction destinée à la communauté francophone, je n’en reprends que les grandes lignes (a fortiori dans la mesure où le texte de départ appelle compléments et éventuelles réécritures). Cette synthèse française n’a aucunement vocation à se substituer au texte collectif qu’elle entend porter dans l’espace de débat public. Les francophones sont invité·es à contribuer au manifeste – même dans un anglais peu fluide, qui pourra être lissé par des anglophones dans un second temps, comme cela a été le cas dans la conception du texte de départ.

Le numérique aussi est matériel. Dans chacune de nos activités de recherche, nous utilisons de l’équipement, des logiciels, de l’espace de stockage, dont l’impact environnemental est à ce jour largement invisibilisé. L’une des raisons à cela est le manque d’outils dont nous disposons pour mesurer cet impact, pour comprendre, à chaque choix scientifique que nous opérons, quel va être son bilan carbone, son impact sur nos ressources en eau, sur la biodiversité. Ces choix creusent dans le même temps des fossés socio-économiques et contribuent à séparer plus qu’à inclure. Bien que des pratiques comme le Minimal Computing aient pu se développer, elles restent encore une tendance isolée, presque exotique.

Pourtant, nos activité sont bel et bien polluantes. Cela concerne l’équipement utilisé, mais aussi les déplacements que nous effectuons, les modalités de communication et d’organisation de la diffusion des savoirs. Il est urgent – et la pandémie a pu montrer qu’une approche créative de ces questions était possible – de repenser les mobilités scientifiques au niveau individuel et dans l’organisation des événements scientifiques. Il s’agit pour nous aujourd’hui d’inventer de nouveaux formats, de repenser la manière dont les communautés d’intérêt – recherche, enseignement, société – sont entrelacées entre elles et échangent, dans le respect de la planète qui nous abrite.

Le texte complet (en anglais) est amendable (via le menu déroulant “Annotate” accessible en haut à gauche du texte, ou directement dans github): https://dhc-barnard.github.io/envdh/ 

Co-auteurs·rices: Anne Baillot, James Baker, Madiha Zahrah Choksi, Alex Gil Fuentes, Ana Lam, Alicia Peaker, Torsten Roeder, Walter Scholger.

Le texte du manifeste est publié sous licence CC-0.
 

Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search