Grandes idées et gros sous (#GreeningDH)

Tandis que la discussion sur des pratiques éco-friendly dans la recherche en Humanités Numériques semble à ce stade se limiter à des sursauts de mauvaise conscience assez peu suivis d’effets dans l’espace francophone, les choses bougent côté anglophone! Je rédige ce billet délibérément en français pour vous parler à vous, oui, vous, chères et chers collègues du monde des Humanités Numériques francophones, de deux initiatives qui méritent votre attention.

Le manifeste “DH and the Climate Crisis”

Je vous avais déjà parlé de ce texte dans ce billet au moment de la parution de la première mouture fin août. La publication sur github annotable – et effectivement annotée par la communauté – sous hypothes.is (merci notamment aux francophones qui y ont contribué – ils se reconnaîtront!) a permis au groupe de rédacteurs·rices de proposer une deuxième version plus aboutie, que vous trouverez ici. Les annotations déposées sur la première mouture y sont encore consultables, vous pourrez voir que pour l’essentiel, nous avons resserré l’argumentation autour des points qui avaient été soulevés comme étant peu convaincants/problématiques. Et vous pouvez bien sûr annoter aussi cette nouvelle version!

Outre ces améliorations, nous avons ajouté (dans la section “Next Steps: An Invitation” du manifeste) un lien vers un document partagé destiné à mettre en commun nos idées et actions concrètes, pour que les déclarations de principe ne restent pas lettre morte: allez-y (c’est ici), et ajoutez ce que vous avez fait et dont vous savez que cela peut marcher, ce que vous aimeriez faire ou que vous aimeriez que l’on fasse… l’idée est de mettre en commun toutes les bonnes idées pour que chacun·e ne réinvente pas la roue dans son coin. Certaines des idées déjà mentionnées sont “signées” par certains rédacteurs·rices du manifeste, avec qui vous pouvez prendre contact pour discuter de la mise en oeuvre si vous souhaitez y contribuer. Vous pouvez de la même manière proposer vous-mêmes des points d’action: nous réfléchirons de manière concertée à la suite à donner à ces “next steps” lorsqu’une communauté plus large y aura contribué.

Le workshop Greening DH du 10 novembre 2021

Autre occasion de polir cette fois mon British English, j’ai été conviée à participer au workshop « Greening DH » co-organisé en marge de la COP26 par les Universités d’Edinburgh, de Southampton, le Sussex Humanities Lab et le Humanities & Data Science Turing interest group. Très axé sur la Grande-Bretagne (dont les plus éminent·es Digital Humanists étaient présent·es), le workshop accueillait également quelques « aliens » européens pour discuter d’actions concrètes envisageables au sein des Humanités Numériques. Après une plénière introductive de Jo Walton présentant un état des lieux à la fois des éléments connus et des besoins, les différents salons zoom ont permis d’explorer nos attentes vis-à-vis de la communauté des Humanités Numériques, quelles stratégies envisager par rapport aux différentes institutions impliquées dans le système qui contraint collectivement notre recherche (Universités, bailleurs de fonds), à quoi pourrait ressembler un “toolkit” pour rendre les Humanités Numériques plus éco-friendly, quelles priorités se fixer à court terme…

Ce qui est principalement ressorti des sessions auxquelles j’ai participé, c’est à quel point l’espace francophone est en avance sur un certain nombre d’éléments : dans la mutualisation des infrastructures et services (j’ai été très heureuse d’entendre très vite émerger l’Open Access et la réutilisation des données et services comme un point central d’une stratégie verte pour les HN – et ce n’est pas moi qui l’ai dit !), dans l’offre de services comme écoinfo qui fournit des informations solides sur les questions de gestion des déchets numériques, contribue aux négociations dans le cadre de matinfo (marché de l’informatique dans l’ESR français), audite des datacenters, lance des campagnes de mesure par exemple sur l’impact de la visio, ou comme labos1point5 avec l’outil de calcul de l’empreinte environnementale GES1point5. Parce que les discussions en revenaient toujours à « Mais en fait on ne sait pas », et j’avoue, j’avais envie de dire « Mais si, on sait un certain nombre de choses, simplement on ne communique pas assez dessus… ». Bref, chères et chers ami·es de labos1point5 et écoinfo, il faudrait qu’on s’internationalise un peu…

Idéalement, donc, il faudrait  centraliser les data centers en Finlande, où comme nous l’expliquait Mikko Tolonen, ils servent notamment à chauffer les saunas. Idéalement, les garanties seraient étendues, les déplacements en avion limités, les bâtiments rénovés, les Universités développeraient des ateliers de réparation de matériel informatique. Mais à l’horizon 2022, les actions qui ont émergé du workshop sont plus les pieds sur terre : développer un guide des bonnes pratiques pour les chercheur·es en Humanités Numériques, entretenir la bibliographie zotero sur le sujet, proposer une campagne de sensibilisation, développer des modules d’enseignement…

Tout cela est réalisable, et sur la bonne voie pour se rapprocher des grands idéaux qui y président. Pour autant, tant que les principaux acteurs qui tiennent les cordons de la bourses de ce système n’auront pas compris qu’il n’y va pas de trois sous, mais de notre survie, je continue de penser qu’un jour, dans pas si longtemps, il faudra tout, absolument tout arrêter, collectivement, pour que les choses changent.  


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search