Allons enfants de #dhiha5! (un but pour la France)

De tous les aspects à propos desquels je pourrais m’épancher sur la facon dont articuler situation de jeune chercheur et recherche en humanités numériques, il y en a une qui me tient particulièrement à coeur: la question de la langue.

Jamais communauté scientifique ne m’est autant apparu comme une communauté que celle des humanités numériques. Au-delà des disciplines, au-delà des frontières linguistiques, les échanges se poursuivent, se croisent, par twitter interposé, par blog interposé. Cela ne fonctionne vraiment que parce que chacun apporte plusieurs compétences linguistiques. Ce n’est pas un hasard si je poste cette contribution sur mon carnet anglophone: dans cette Babel numérique, chacun s’exprime dans différentes langues, et au moment de tout mettre ensemble – on passe par l’anglais.

L’anglais est une langue souple, fluide, drôle, facile à manier (j’en ai déjà parlé ici). Mais la manier en ne la maîtrisant pas parfaitement finit par l’aplatir et réduire ses subtilités, bref, en faire une langue dans laquelle on communique plus qu’on ne pense. C’est ce qui se passe inéluctablement dans le domaine des humanités numériques lorsque des gens comme moi se mettent dans la tête de blogger en anglais pour toucher un public plus vaste.

Il faut tenir compte de cette faiblesse en se confrontant à l’anglais comme langue scientifique. Comment trouver une attitude constructive, qui n’en fasse pas un repoussoir, sans tomber pour autant dans le tout-anglais? Le corrélat vaut aussi: comment soutenir et favoriser de manière pertinente une culture du multilinguisme?

Pour les jeunes chercheurs, c’est aussi une question stratégique. Vaut-il mieux publier en anglais quelque chose qui sera moins fin que si je le publiais dans ma langue maternelle, où cela ne sera lu que par 3 personnes? Est-il bien raisonnable d’envisager de ne pas trancher et vouloir présenter une version anglaise et une version en langue maternelle de ses travaux? Qui a le temps de dédoubler sa pensée en deux langues, aussi intéressante que soit, ponctuellement, l’expérience?

Le cleo fait des efforts considérables pour offrir un point d’accueil ouvert à ce genre de démarches, et permettre d’expérimenter avec des formes multilingues. Cela reste du domaine de l’expérimentation, qui fonctionne d’autant mieux que nous sommes dans une phase de mouvement, d’auto-définition du domaine. Mais à un moment, un modèle finira par s’établir, et de préférence, un modèle qui ne laisse pas des grappes de post-doc sur le bord de la route parce qu’ils ont fait les mauvais choix stratégiques. Mais lesquels sont les bons? On ne peut pas encore savoir si s’investir dans un blog en anglais (ca prend du temps) est un bon ou un mauvais choix, en l’état. On peut juste spéculer et espérer (et, croisant de temps en temps ses lecteurs, se dire qu’ils existent vraiment, c’est déjà ca).

Comme le disait (en anglais) Frédéric Clavert dans son blog hier, il y a un problème de reconnaissance de la part de la communauté nativement anglophone en humanités numériques. Peut-être pourrait-on réfléchir à de nouvelles facons d’envisager les relations des départements d’humanités numériques aux États-Unis, au Canada, en Angleterre avec ceux des pays non nativement anglophones. Parce qu’il ne suffit pas de suivre des anglophones sur twitter pour pouvoir écrire en anglais. Seriously.


4 Replies to “Allons enfants de #dhiha5! (un but pour la France)”

  1. J’ai moi même un problème avec le monolinguisme – quel qu’il soit- et refuse de fonctionner dans un tout anglais qui est aussi la volonté des « non-natives speaker » qui y voit un canal de communication et donc de diffusion valorisant. J’ai personnellement des difficultés avec une langue qui ne fait pas la différence dans son lexique quotidien entre « langue » et « langage » entre « connaître » et « savoir ». En même temps, la place de l’anglais est tout aussi importante que n’importe quelle autre langue. À cela s’ajoutent le coût (cognitif, temporel), la qualité (nécessairement moins raffinée qu’un « native speaker ») : le marché économique de l’expression linguistique de la recherche n’est pas équitable et cela va bien au-delà de la langue. Pour ma part, j’irai même jusqu’à écrire qu’il n’est pas certain que le problème de reconnaissance soit linguistique, ou pas uniquement ; ce sont aussi des valeurs, des manières de faire. Ce qui se manifeste à travers les langues serait peut-être la manifestation explicite d’enjeux politiques et sociaux également, peut-être dans l’inconscient auquel se réfère Pierre Mounier dans sa contribution au #dhiha5 « Quelle(s) idéologie(s) pour les humanités numériques ? » http://blog.homo-numericus.net/article11179.html. Et ce n’est pas du tout le seul fait des anglophones ! Comme le montrent les expériences de ThatCamp auquel j’ai participé, le monde en général, et le monde des DH est loin d’être seulement anglophone.

    Sans s’arrêter à une dichotomie manichéenne, on peut avoir l’impression que, dans les sciences dures, l’anglais sert à habiller des mesures empiriques qui resteraient, théoriquement, les mêmes si elles étaient traduites : qui ne comprend pas l’anglais peut récupérer l’information scientifique essentielle. En SHS, l’adage italien « traduzione, tradimento » est plus prégnant. Dans mon travail en épigraphie numérique, je suis particulièrement attachée au concept « genuino » en italien, absent du lexique français, mais existant en anglais, allemand et espagnol également. Aussi je l’utilise en italien, même quand j’écris en français, sa traduction « authentique » restant insuffisante pour certaines situation.

    Dans le cas des DH, je pense que les publications sont composées aussi d’une autre nature, numérique, qui elle se passe d’une langue rédigée. Si langage universel il y a, il serait peut-être de ce côté-ci.

    Pour ma part, et parce que l’économie numérique le permet à moindre coût (pas d’espace limité dû au papier, traductions collectives et collaboratives facilitées comme pour le #dhiha5 ; mises à jour facilitées : les traductions peuvent être ajoutées ultérieurement sans être désolidarisées de la publication initiale) et de manière optimisée (alignement visuel de péricopes, représentation syntaxique, morphologique des langues employées, facilitant la manipulation et la consultation à l’aide d’outils linguistiques de soutien : dictionnaires multilingues), je milite depuis plusieurs années désormais pour des publications multilingues pour toutes les communications qui nécessitent un discours écrit élaboré. Ceci implique deux langues minimum aux choix, dont au moins la langue de formation scientifique de l’auteur pour qu’il ou elle ait l’entière liberté expressive que son travail mérite – sans limites de longueur. En sommes, je serais pour que la recherche en DH – les publications multilingues alignées de textes existent, en particulier dans l’édition littéraire et la philologie – apporte ses résultats pratiques dans le quotidien de l’édition numérique en SHS, mais aussi, quand cela est utile, en sciences dures.

    Je trouve par exemple l’allemand une langue magnifique et si, pour des raisons pratiques, il peut m’arriver de communiquer en anglais avec des germanophones, je préférerais apprendre l’allemand dès qu’il s’agit de travail : unfertige ! => Thanks Google translate, I hope that’s correct :-p)

    Et si ‘avais à l’écran un article allemand aligné avec une des langues vivantes que je maîtrise, mon apprentissage de l’allemand en serait d’autant plus motivé.

  2. Merci pour ce très beau billet. Je me suis posé la question (j’avoue en francais, puisque c’est ma langue maternelle), en voyant en Allemagne certains projets très dynamiques de Centre for Digital Humanities n’avoir qu’un site internet anglais et ne proposer, au vu de ce site, que des cours, formations et conférences en anglais. Le multilinguisme est-il un principe francophone ? #dhiha5 – l’occasion d’un manifeste ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *