Des papillons au plafond

La situation d’attente de l’audition pousse au cauchemar. La nuit passée, j’avais ainsi deux concurrentes préalablement déclarées meilleures que moi avant même l’audition, je levais les yeux et trouvais, au plafond, une multitude de papillons, les uns petits, les autres plus grands, blancs, avec des taches noires. Sans savoir ce qu’ils symbolisent, l’image ne me quitte plus dans mes préparatifs pour cette audition allemande, qui s’avère bien différente de l’audition francaise.

Mes auditions à des postes de maître de conférences en France, de 2003 à 2005, avaient été des échecs cuisants non seulement au niveau institutionnel, mais au niveau psychique (à part la dernière où c’est moi-même qui ai décidé de ne pas aller à l’audition car je venais d’obtenir ma bourse Emmy Noether). Errances de fac en fac, en partie pendant des ponts (un vendredi d’Ascension sur un campus désert, à peine une porte d’entrée ouverte – attentes dans les couloirs, croiser les autres candidats, sourires crispés, je suis pas assez bien sapée comparativement c’est net, mais ces fichues godasses me font déjà super mal aux pieds, ou bien attentes dans une salle de cours d’un autre âge, tables en bois couvertes de graffitis, chaises dont on se demande si elle ne vont pas céder, à crever de chaud et espérer qu’il n’y aura pas de retard, pour pouvoir sauter dans l’avion pour l’audition CNRS, le même jour à Paris…). Avant même d’entrer dans la salle, j’étais portée par le sentiment d’injustice: injustice de la brièveté de l’audition, des questions posées qui ne rendent compte de rien si ce n’est la capacité à se plier à l’exercice. Le pire a sans doute été lorsqu’on m’a demandé quels cours j’avais suivis en licence de philo, je bouillais de rage, vraiment. Je les ai énervés; d’ailleurs, ils ne m’ont pas classée, juste une fois, j’étais cinquième. Profil “trop recherche”, merci.

C’est vrai que, dans le fond, j’avais un profil CNRS. Ledit est resté inaccessible – trop peu de places et pas assez de soutien (à vrai dire, pas du tout) de mon directeur de thèse. Mais je suis contente d’être à l’université maintenant, à la fois par conviction politique – en particulier dans le contexte des humanités numériques, dont l’identité institutionnelle est en train de se jouer maintenant – et parce que c’est important de se faire déranger par les étudiants plus souvent qu’il n’est confortable.

La partie incompréhensible des auditions francaises, c’est qu’alors que l’État s’apprête à recruter quelqu’un pour 30 ou 40 ans – un investissement, tout de même -, le choix de cette personne se joue sur 30 mn. On peut faire toutes les expertises de la terre sur le papier, ca ne renseignera guère sur la personne en tant que personne, et ce n’est donc pas étonnant que les facs se rabattent naturellement sur des candidat(e)s qu’elles connaissent déjà avant l’audition, parce que ce n’est pas l’audition qui pourra leur dire comment sera le/la futur(e) collègue. Indépendamment du fait que c’est assez lamentable de grever le budget d’un jeune docteur avec des auditions ici et là à sa charge. Faut-il le redire, il serait temps de professionaliser un peu le système de recrutement des personnels universitaires en France – non pas forcément sur les critères universitaires (encore que), mais en tant que procédure de recrutement de personnes.

La partie injuste du système allemand, c’est que des auditions pour des postes à durée indéterminée, il n’y en a qu’au niveau prof. Il faut tenir le coup dans un système marqué par la précarité, dont on est de plus légalement expulsé au bout d’un certain temps (12 ans je crois) sans poste. Une fois passés ces obstacles (pas des moindres donc), de ce que j’en vois d’après ma convocation, c’est un exercice aussi assez codifié, mais qui au moins laisse du temps et met en situation de manière plus convaincante que l’audition francaise: exposé (sur un sujet de mon choix), cours (sur un sujet imposé), puis entretien (qui correspondrait en gros à lui tout seul à l’audition francaise). Pas le temps de m’ennuyer dans le mois qui vient, les préparations vont bon train.

En France, je ne pourrais pas atteindre l’audition pour un poste de prof dans la situation actuelle. Je n’ai pas d’habilitation, j’ai un équivalent statutaire d’habilitation, qui n’est pas reconnu par toutes les facs, même en Allemagne. Évidemment, j’ai une liste de publication conséquente. Mais rien qui passerait le cap du CNU.

On peut donc dire bien des choses sur le fait que le système allemand est verrouillé. Sur certains points, il est plus flexible que le système francais.

Et j’ai fini par accepter que ce n’est pas le candidat aux auditions de postes de maître de conférences qui peut faire changer les choses, c’est le professeur en chaire qui s’investit dans les comités de pilotage nationaux et européens. Le but à atteindre est donc clair…

 


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

2 Responses

  1. Marion Lamé says:

    À la lecture de ce billet, j’aurais des difficultés à proposer une alternative aux modalités de recrutement ; le texte de 1919, écrit par Max Weber dans la contribution de Pierre Mounier sur l’idéologie (http://blog.homo-numericus.net/article11179.html) et faisant la confrontation entre le système nord-américain et allemand, illustre, d’une certaine manière, un phénomène suffisamment humain pour sembler constant dans le temps. Je me demande dans quelle mesure des carrières académiques en DH pourraient vraiment faire évoluer, espérons dans le bon sens, cette configuration bien connue ?

    Ouvrir des postes en DH serait-il à intégrer à :
    – un maintien du système : maître de conférence et professeur – ou autre ? – SHS, option numérique ?
    – un prolongement du système : maître de conférences et professeur – ou autre ? – d’un département DH au sein d’une faculté, et lors, faculté de lettres ou d’informatique ?
    – une mutation du système : maître de conférence et professeur – ou autre ? – d’une faculté de numérisation ?

    Un peu extrême, coloré « science fiction » si on laisse vaguer son péché d’imagination, incompatible avec la réalité académique mondiale actuelle en 2013, la troisième option pourrait peut-être aider à raisonner.

  1. 12/06/2013

    […] français : Anne Baillot 1 / 2 – Marjorie Burghart – Frédéric Clavert – Antonin Dubois – Franziska […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *